Reprendre ses études quand on est maman

Lorsqu’une maman décide de reprendre le chemin de l’école, on peut dire qu’elle chemine sur le parcours du combattant. Pour autant, chaque étudiant débarque avec ses propres contraintes : problèmes familiaux, soucis de santé, troubles cognitifs, etc. Au final, la maternité n’est rien d’autre qu’un bagage parmi tant d’autres. Loin d’être impossible, reprendre ses études est une décision qui implique une détermination à toutes épreuves. Reconversion professionnelle ou entrée dans le marché du travail, les options sont multiples.

 

Maman retourne sur les bancs de l’école

Le cursus classique

Il est tout à fait envisageable de réinvestir les amphis des facultés, à condition bien sûr de remplir les conditions requises.
L’université propose un assouplissement de l’emploi du temps dès que le candidat rencontre des difficultés personnelles. Vous pouvez être exempts de cours marginaux et de contrôles continus. Il vous suffira de le stipuler au préalable. Certains établissements proposent même un service de garderie, comme celui de Jussieu (Paris VI et VII), Caen, Lyon II, et plus récemment Toulouse. Pour en bénéficier, il faudra vous y prendre tôt. Le tarif est relativement bas, ce qui explique la forte demande.
Le centre régional des œuvres universitaires et scolaires attribue des bourses universitaires proportionnelles au revenu et au nombre d’enfants. Le congé maternité de l’étudiante est de 3 mois. Par la suite, le CROUS peut allouer un complément maternité de 270 euros pendant 9 mois. De plus, le fonds de solidarité universitaire et la Division de la vie étudiante peuvent exceptionnellement délivrer une aide financière ponctuelle.

L’apprentissage

 

En tant que mère de famille, vous pouvez suivre les cours dans un lycée professionnel, comme n’importe quel élève. En outre, vous disposez d’une autre alternative. Vous pouvez vous présenter en candidat libre. Pour se faire, il existe des cours par correspondance (assez onéreux pour la plupart). Ou, vous pouvez vous former seule, à l’aide de livres et de conseils sur les réseaux sociaux. C’est le cas par exemple du CAP petite enfance. L’avantage, c’est que vous avez l’opportunité de le passer dans sa globalité ou de l’échelonner, en modules, sur plusieurs années.
Pour accéder aux métiers de la fonction publique non gradée, une dérogation peu connue existe. En effet, depuis janvier 2007, les parents de 3 enfants minimum sont dispensés du concours.

 

 

Se former

 

Vous pouvez intégrer un centre de formation, comme le GRETA ou l’AFPA (organismes reconnus. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre conseiller pôle emploi qui pourra la prendre en charge. Vous pouvez même être rémunérée. À titre indicatif, si vous êtes en recherche d’emploi, il est possible d’obtenir un financement appelé RFPE, qui peut s’élever à 652 euros par mois.
Et pour les mamans qui ne peuvent, ou ne veulent pas, quitter le cocon familial, il y a une autre option. Depuis quelques années, on voit apparaître un grand nombre de formations en ligne. Certaines sont certifiantes, d’autres non. Les unes, de qualités, les autres, de pures arnaques. Il faut prendre le temps de les comparer et demander conseil. Certains MOOC (cours en ligne) sont également subventionnés.

Le guide de survie de la maman scolarisée

 

Passer du sac d’école au sac à langer suppose que vous mettiez un coup d’arrêt à la procrastination. Pour les plus désordonnées, il va falloir penser à remettre de l’ordre dans vos vies. En effet, la reprise d’études génère un rythme soutenu et une organisation sans faille. L’idéal est d’avoir le soutien de ses proches. Le papa pourra prendre le relais si nécessaire, la famille gardera de temps en temps bébé, les courses se feront plutôt sur internet, etc.
On pourra également recourir aux services d’une assistante maternelle ou déposer les p’tits loups à la crèche. D’ailleurs, la caisse d’allocations familiales verse aux ayants droit un complément de libre choix du mode de garde. Elle peut atteindre les 452 euros par mois. Enfin, certaines mutuelles délivrent un “forfait naissance” qui s’élève à peu près à 150 €.

Une fois adultes, et à fortiori mamans, vous êtes bien plus matures et avez un projet bien défini en tête. Il sera alors plus facile de sacrifier quelques moments en famille, pour investir dans l’avenir. Par contre, il faudra maintenir un équilibre, une sorte de garde-fou. Ne vous laissez pas submerger par la charge de travail. Vous risqueriez de faire connaissance avec un certain burning out. Accordez-vous des instants précieux avec votre progéniture et lâchez prise. Faites le point sur vos priorités. Profitez des siestes de vos enfants pour potasser. Demandez de l’aide à vos camarades en cas de difficulté ou de retard. Échangez avec d’autres mamans sur les réseaux sociaux.
Enfin, ayez une bonne hygiène de vie avec un sommeil réparateur et une alimentation saine, en évitant tout excès.
Pensez à la satisfaction de la victoire, car une fois le but atteint, vous serez vraiment fière de vous.

 

Ce qu’il faut retenir

 

Toute reprise d’étude est envisageable à partir du moment où l’on prend conscience et acte le fait qu’il faudra se soumettre à une cadence effrénée. Avec de la ténacité et de l’assistance, vous arriverez à bout de votre dessein. Des aménagements et des aides financières vous accompagneront. Mais pour une reprise d’étude réussie, ne vous oubliez pas et prenez le temps de partager du temps en famille.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *