Zoom sur le métier d’opticien

Publié par yasmine le

 

 

Les questions d’orientation arrivent de plus en plus tôt dans la scolarité et le taux de reconversions professionnelles ne cesse d’augmenter. L’avenir professionnel préoccupe, car il est important de pouvoir s’épanouir dans son activité professionnelle. Cependant, face à la question de l’orientation, il est important de confronter la réalité du marché du travail et ses conditions d’accès.

 

Le métier d’opticien fait partie des activités pour lesquelles les informations sont peu relayées. Pourtant, il offre de belles opportunités aux personnes aimant varier les domaines en demandant des compétences techniques, commerciales et esthétiques. Alors quelles sont les modalités d’accès à ce métier ? Quels sont les débouchés ? Quelles sont les opportunités d’emploi ?

 

Les formations pour devenir opticien

 

D’une manière générale, il y a peu de sélectivité pour entamer des études d’opticien-lunetier. Ces dernières sont majoritairement axées sur des disciplines scientifiques, c’est la raison pour laquelle les ressortissants d’un Bac S seront privilégiés. Néanmoins, les formations restent ouvertes à tous les profils.

 

Le Bac professionnel Optique Lunetterie

 

Le baccalauréat professionnel est l’option la plus accessible et la plus courte. Toute personne étant allée jusqu’à la troisième est susceptible d’intégrer ces études. Cette formation peut se faire de manière classique par voie scolaire, mais également en apprentissage. Au terme de ces trois années, vous serez opticien. La seule contrainte de cette formation est qu’il n’est pas possible, à l’issue de ce diplôme d’ouvrir un établissement à son compte.

 

Le BTS Opticien-lunetier

 

Le BTS opticien-lunetier est la formation la plus populaire pour devenir opticien. Ce BTS est un diplôme bac +2 qui vous formera plus spécifiquement. À l’issue de ces études, vous serez en mesure d’évaluer la correction nécessaire pour vos clients et de fournir les mesures de correction appropriées. Le BTS opticien-lunetier peut également se préparer en alternance. L’admission se fait sur dossier et sur entretien de motivation. Cette deuxième composante est particulièrement importante pour les personnes qui ne sortent pas d’un bac S. Le BTS opticien-lunetier peut se préparer dans des lycées privés ou publics, dans des CFA, mais également en école de commerce, en école d’ingénieurs ou en école spécialisée d’optique.

 

La licence Pro Sciences de la Vision

 

L’Université propose elle aussi des formations pour intégrer les métiers de l’optique. La licence professionnelle Sciences de la Vision dure un an, elle donne un niveau bac +3. Elle peut s’intégrer à la suite d’un BTS opticien-lunetier, mais il est également possible d’être admis avec un bac +2 en poche, dans ce domaine scientifique. La sélection se fait sur dossier par un jury spécialisé. Plus spécialisée, elle vise à former les étudiants en optométrie, sans oublier toute la partie relationnelle et commerciale. La différence entre une licence professionnelle et une licence classique est que la première est davantage axée sur le monde professionnel. Elle prépare les élèves à intégrer le marché dès la sortie de la licence. Ce type de formation est donc particulièrement apprécié des entreprises, qui ont des besoins et des attentes spécifiques.

 

Le diplôme européen d’Optométrie

 

Un diplôme européen peut être une sérieuse plus-value sur votre CV. Les équivalences entre pays ne sont pas toujours automatiques pour pouvoir exercer à l’étranger, y compris en Europe. Un diplôme européen assure une formation qui reprend les standards communs des pays européens pour la pratique de l’optométrie. Si vous êtes mobile et que vous souhaitez par la suite varier vos expériences en tentant votre chance à l’étranger, c’est une option à prendre sérieusement en considération, car elle augmentera la reconnaissance de vos compétences dans la profession. Il est d’ailleurs officiellement reconnu en Suisse, en Grande-Bretagne et en Irlande. En France, quatre établissements proposent cette formation diplômante : l’AEPO à Paris, l’ISV de Saint-Etienne, l’ESOS à Strasbourg et l’Institut Alzon de Nîmes.

 

Les débouchés des formations d’optique

 

La grande majorité des étudiants exercent en magasins ou dans des centres mutualistes à la suite de leurs études. Il est également possible de devenir indépendant et d’ouvrir son propre point de vente. Cela peut offrir de nombreux avantages, néanmoins la concurrence est rude vis-à-vis des grandes chaînes qui occupent le marché. Il y a alors la possibilité d’acheter une franchise de magasin. Mais à la suite d’un BTS ou d’une licence professionnelle, il est également possible de poursuivre les études et d’intégrer une école d’ingénieurs pour se spécialiser dans la conception et le développement de produits. Enfin, selon les études choisies et le profil de la personne, il est tout à fait possible de s’orienter vers la formation de nouveaux opticiens.

 

Les métiers de l’optique : un secteur saturé ?

 

Entamer un parcours de formation dans cette voie professionnel est sécuritaire. Ce secteur d’activité ne subit pas la crise comme de nombreuses autres professions. La moitié des Français souffrent de problèmes de vue, si bien qu’il y a plus d’offres que de demandes dans de nombreuses villes. Il y a donc encore de la place pour les nouveaux arrivants et sous peine d’être un minimum investi et motivé, trouver une place sur le marché du travail ne devrait pas être trop compliqué.

 

Les compétences requises pour le métier

 

Pour résumer, différentes formations permettent de devenir opticien et la sélection est assez ouverte. Les études sont plutôt courtes. Le secteur n’est pas saturé, de nombreux magasins cherchent désespérément des opticiens. Mais alors, quel est le dernier facteur à prendre en compte pour accéder à cette activité professionnelle ? Il s’agit bien de vous. Les opticiens sont des personnes méticuleuses et précises qui effectuent des gestes techniques à longueur de journée. Mais elles ont également le sens du contact afin de proposer un service agréable à la clientèle. Enfin, elles doivent avoir un certain sens de l’esthétisme afin de pouvoir conseiller au mieux les personnes en fonction de leurs visages. Alors, si vous vous reconnaissez dans ces qualités et que cette filière vous intéresse, n’hésitez plus.

 

Catégories : Formation métiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *